Prime dite « Macron »

Prime dite « Macron »

Rédigé le 07/02/2019


Une mise au point s’imposait !

Pas de dialogue social possible sans loyauté, ni honnêteté

 


Dans le flash info RH NAO 2019 diffusé le 18 janvier par la direction, mais aussi et surtout ces derniers jours lors du déplacement de la direction générale sur les sites, le message véhiculé par la direction laissait entendre que les organisations syndicales représentatives n’étaient pas honnêtes dans leur revendication d’une prime dite « Macron ». Au motif que le supplément d’intéressement de 800€ négocié lors des NAO était en fait la traduction à Naval Group des annonces du Président de la République sur le pouvoir d’achat.

 

Les organisations syndicales CFDT, CGT, UNSA et CFE-CGC se sont opposées sans ambiguïté à cette « lecture » faite par la direction du déroulement des NAO. A aucun moment la direction n’a indiqué en négociation que le supplément d’intéressement et la prime Macron ne faisaient qu’UN à Naval Group. Ce supplément traduisait la volonté de la Direction d’une part de privilégier l’attribution d’une prime à des augmentations salariales et d’autre part de pouvoir verser cette prime à tous les personnels y compris les PMAD.

 

Lors d’une réunion demandée par les organisations syndicales, la direction a admis qu’il y avait eu incompréhension entre les organisations syndicales et la direction.

Sur insistance des délégués syndicaux centraux (DSC), la date du 25 février a été arrêtée pour discuter de la déclinaison à Naval Group des annonces du Président de la République.

Pour autant, la direction n’a pas pour l’instant fait d’annonce sur son intention de verser cette « prime ».  Rien n’est donc aujourd’hui acquis.

 

Les organisations syndicales CFDT, UNSA et CFE-CGC espèrent que cet « épisode »,  et la clarification qui s’en est suivie, engageront Naval Group dans un dialogue social honnête, efficace et constructif, dans le respect des instances des représentants des personnels. Dans le cas contraire, elles sauront assumer leurs responsabilités.

 

Paris, le 5 février 2019


05 02 19 tract intersyndical VF.pdf 05 02 19 tract intersyndical VF